Le confinement a été un véritable bouleversement pour tous les secteurs d’activités. Néanmoins, bien que contestée, la nature a pu trouver un peu de répit durant ces mois de pauses forcées de l’homme. Pour éviter de gâcher ce petit signe d’espoir environnemental, le ministère de la Transition écologique a annoncé le 14 septembre 2020 dernier un plan budgétaire pour encourager l’utilisation de la bicyclette. Quelles seraient ces mesures ? Comment cela va-t-il impacter le secteur des deux-roues ? Découvrez dans l’article tout ce qu’il faut savoir sur la France Relance.

De quoi s’agit-il concrètement ?

Pour être clair, ce n’est qu’une politique qui tire ses sources de l’initiative de l’ancien gouvernement d’Édouard Philippe avec l’octroi d’une somme de 20 millions d’euros pour favoriser la pratique du vélo en France durant le déconfinement. Cette mesure s’explique, d’une part, par les effets bénéfiques de l’inutilisation des voitures et des moyens de transport polluant observés pendant ces quelques mois d’inactivités sur l’environnement. D’autre part, contrairement à d’autres pays européens, la pratique de la bicyclette est encore en très mauvaise posture en France. Ainsi, pour remédier à ces problèmes, ce plan de redressement a été envisagé.

Comment se passe le coup de pouce réparation vélo ?

Le 14 septembre 2020, le ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, accompagnée de son collègue chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé vouloir renforcer et accélérer cette politique de promotion. Dans le cadre du dispositif France relance, un programme d’aide de 20 millions d’euros est accordé pour favoriser l’utilisation de ces deux-roues dénués de moteurs. Près de 620 000 vélos seront également remis à niveau dans le secteur du Métropole, de Navarre et en outre-mer. Par ailleurs, contrairement aux premières déclarations en avril, le programme bénéficiera d’une rallonge jusqu’à la fin de l’année 2020. Ces dispositions visent uniquement à remettre sur roues, près de 380 000 bicyclettes de plus. Le montant total du budget de ces mesures impressionnantes avoisine les 80 millions d’euros. De quoi mettre en haleine les professionnels du domaine.

Et pour les novices, que faut-il retenir ?

Toujours dans le cadre de France relance et au même titre que le coup de pouce réparation vélo, un autre programme est proposé pour permettre les gens de mieux apprendre cette discipline. En d’autres termes, il s’agit d’un plan d’action visant à enseigner la population sur la conduite de la bicyclette en toute sécurité. Des formations gratuites sont prévues pour favoriser la remise en selle des néophytes. Environ une à deux heures d’apprentissage sont envisagées dans cette voie. Pour cela, une liste de moniteurs expérimentés sera attribuée pour effectuer cet enseignement. L’intérêt reste le même : encourager, favoriser et pousser la pratique du vélo au quotidien.

Quels sont les changements notables du côté des entreprises ?

Outre ces dispositions auprès de la population, le secteur privé est également visé par le plan de relance. Dans cette perspective, le forfait mobilité durable reste le plus attendu. Il s’agit d’une aide financière adressée aux employeurs afin de faciliter la prise en charge des frais de transport des salariés pour aller au bureau. Toutefois, ce programme est uniquement valable pour l’utilisation du vélo lors du trajet domicile-travail. Un renforcement de système est envisagé et le forfait pourrait atteindre les 400 euros. Il faut noter cependant que cette disposition concerne également les moyens de transport en covoiturage ou en services de mobilité partagée. En ce moment, il ne reste plus que son application pour entrer en vigueur correctement.

Qu’en est-il des parties cyclables ?

Un plan de relance de cette envergure ne doit pas se faire à la légère. Voilà la raison pour laquelle le gouvernement se penche sur un sujet assez sensible, c’est-à-dire, les voies. Le dispositif tente de soutenir les aménagements temporaires destinés aux deux-roues afin de donner plus d’espace aux usagers de la discipline. Les collectivités territoriales sont mobilisées pour effectuer et faciliter cette tâche le plus rapidement possible. Ainsi, l’installation des parties cyclables et des pistes pour piétons sera encouragée tout en restant dans toute légalité. De plus, le fonds de dotation de soutien à l’investissement local ou DSIL pourra être mobilisé dans le but cofinancer ces projets préétablis. Évidemment, la collectivité sera dans l’impossibilité de prendre tout ce travail en charge, d’où l’intérêt de ce partenariat.

Ainsi, le coup de pouce accordé à la pratique du vélo touche également l’itinéraire des usagers. Pour cela, le fond de mobilité active est vivement sollicité afin d’améliorer l’aménagement des pistes cyclables. Il ne s’agit plus de s’occuper des trajets habituels empruntés par les adeptes des deux-roues, il faut aussi assurer la continuité de ces espaces de circulation. Dans cette voie, le gouvernement invite les parties concernées (collectivités territoriales) à entreprendre des installations en norme. Il faut ainsi savoir garantir la sécurité et le confort des usagers en toute circonstance sur ces routes tracées.

De ce fait, l’intérêt n’est plus principalement à la mise en place des aménagements temporaires pour faciliter l’utilisation de la bicyclette. Il faut désormais savoir améliorer le prolongement des pistes cyclables. Près de 186 projets ont été minutieusement sélectionnés parmi tant d’autres dans cette voie sur 127 territoires. Pour cela, une subvention de l’ordre 70 millions d’euro est débloquée pour faciliter ce programme d’aménagements.

En ce qui concerne la garantie, que faut-il savoir ?

Bien que le vélo ne soit pas si prisé que les voitures ou les scooters en matière de vols, il existe tout de même un risque réel qui pèse sur ce moyen de transport écologique. Pour remédier à ce problème, il faut monter d’un cran son niveau de sécurité. Pour ce faire, le gouvernement met en place un système d’aménagements subventionnés sur lesquels des parkings pour vélo sont installés. Un procédé de marquage est également envisagé pour signaler une bicyclette neuve vendue. Toutefois, pour éviter tout problème, il vaut mieux rester prudent et vigilant face à une menace invisible et dangereuse.

Pourquoi miser sur le vélo pour la relance ?

Comme cité plus haut, le déconfinement est une étape cruciale qu’il ne faut pas prendre à la légère. Le retour à la vie normale ne doit pas, en aucun cas, faire revenir massivement les gaz à effets de serre en ville ou à la campagne. C’est une des raisons principales de l’intégration du coup de pouce des deux roues non motorisées dans le plan de redressement du pays, France relance. Il faut tout de même suivre quelques règles afin d’accéder à cette demande normalement. En effet, le soutien de ce secteur par le ministère de la Transition écologique vise essentiellement à favoriser et à mémoriser la pratique du vélo au quotidien. Du point de vue environnemental, il n’y a donc rien à redire. Cette disposition intègre désormais également les stratégies à favoriser l’insertion des jeunes dans le secteur de l’emploi. En effet, le coup de pouce de rénovation et la remise sur pieds des différents accessoires employés à cette finalité. Les conséquences économiques devraient ensuite avoir une retombée bénéfique afin de soutenir les innovations du pays. Cela évidemment sans parler des bienfaits sur ce plateau.

Quels sont les avantages de la bicyclette ?

Depuis des années, le vélo a toujours été très bénéfique pour la santé de l’homme. Tout d’abord, il faut rappeler que c’est un vecteur essentiel pour réduire le stress. En effet, la pédale est un excellent moyen de se détendre, et pour évacuer la pression. Pour cela, il faut savoir apprendre seulement à garder son sang-froid en permanence même dans les bouchons. La bicyclette est aussi un véritable remède contre les problèmes cardio-vasculaires. Ensuite, il faut aussi mentionner le côté praticité du vélo à se faufiler facilement dans les embouteillages. Le problème de perte de bois, quant à lui, s’adresse au plus offrant jusqu’ici. Mais tout cela n’explique pas vraiment l’intérêt du plan de relance au vélo. Il faut donc se pencher sur les atouts de ce deux-roues sur d’autres points importants.

Contrairement à la voiture classique, la bicyclette est bien plus avantageuse sur tous les côtés possibles. Il s’agit d’un mode de transport exceptionnel et rapide. Aux heures de pointe, il peut arriver bien loin qu’un véhicule. C’est une alternative idéale pour remédier aux problèmes d’embouteillages. Du point de vue sanitaire, il n’y a rien à redire. La pratique du vélo au quotidien reste parfaitement conseillée par les plus grands médecins du monde. Toutefois, il faut prendre conscience de ses actes et utiliser ce matériel avec modération. Outre ces avantages incontestables, le vélo permet également de se déplacer proprement sans nuire à l’environnement, et cela, en toute sécurité.

Quelles sont les aides pour l’acquisition d’une bicyclette ?

Le plan de redressement France Relance est un concept qui vise à faciliter l’accès aux deux roues aux jeunes gens. Cependant, d’autres alternatives restent encore à votre disposition pour cela. En effet, le gouvernement propose plusieurs aides pour obtenir un vélo classique ou bien à fonction d’assistance électrique. Dans certaines situations, il est même possible de les cumuler. L’opération coup de pousse vélo fait partie de ces lots pour vous aider à acquérir un modèle de bicyclette rapidement.

Quelles sont les conséquences attendues avec la France Relance sur le vélo ?

Il faut rappeler que la France Relance est d’abord est un plan de redressement global qui touche des secteurs d’activités bien distincts. Toutefois, le dispositif intègre particulièrement la pratique de la bicyclette au quotidien pour des raisons assez évidentes. Les conséquences de ce programme sont nombreuses, mais peuvent néanmoins être surprenantes.

Premièrement, la relance vise à améliorer le domaine de deux-roues en France et en Outremer. Avec la facilitation de l’accès à ce mode de transport totalement écologique, le gouvernement attend à ce que certaines routines soient abandonnées. L’intérêt principal est de réduire au maximum l’utilisation des voitures durant le déconfinement.

Deuxièmement, il ne faut pas oublier l’importance du secteur économique avec ce dispositif. En effet, grâce au plan d’action, on peut s’attendre à l’augmentation des demandes de pièces détachées de bicyclettes. En ce moment, ces accessoires se font rares, mais cela pourrait changer rapidement avec les offres et les réparations promises par l’Etat. Ce phénomène donnerait donc du travail ainsi que des salaires aux gens.

Troisièmement, le côté aménagement doit être considéré. En effet, la mise en place d’une telle stratégie de rénovation et d’aménagement consiste établir un système viable et durable. Ainsi, à part les initiatives d’installations de pistes cyclables temporaires, d’autres projets à long terme peuvent suivre normalement. Cela dépend uniquement des parties concernées évidemment. Ce qui reste certain par contre que ces actions seront d’excellents leviers pour réduire les embouteillages. Par ailleurs, les nouveaux aménagements attirent toujours des touristes et des curieux en tout genre. Cela permettrait ainsi de gagner en notoriété et de l’argent grâce notamment aux étrangers en visite des lieux.

Pour finir, mais pas les moindres, le dispositif France Relance cherche également à rattraper le retard du pays par rapport aux autres nations européennes en matière d’usage d’accessoires écologiques. Non seulement cela pourrait influer sur le chèque CO2, mais peut aussi engendrer d’autres conséquences encore plus avantageuses. Il ne faut pas oublier que plus on utilise des matériels propres, plus les dépenses occasionnées par les carburants peuvent se réduire facilement.

Quelles sont les perspectives du dispositif ?

En réalité, il est encore trop tôt pour se prononcer sur l’efficacité du programme de relance du gouvernement. Toutefois, si les déclarations annoncées s’avéraient maintenues en bonnes et dues formes, certains changements pourraient se profiler. En ce qui concerne le secteur du vélo, il faut dire que ce dispositif se présente comme un nouveau souffle sur la discipline nettement oubliée. Sans parler des mesures d’accompagnement attendues, La France Relance a encore du pain sur la planche pour redresser convenablement l’économie française. Néanmoins, l’initiative est très bien reçue par la population, notamment par les adeptes de la pédale. Il faut seulement attendre la suite des évènements pour vérifier réellement l’efficacité de cette disposition gouvernementale.

Affaire à suivre !